La superstition et les accidents de fin d’année

Depuis la dernière décade du mois de novembre, nous recevons à foison des messages en lien avec la fin d’année. Si certains de ces textes sont d’ordre spirituel, d’autres sont émis sous l’impulsion de la superstition. On accuse à tord ou raison le mois de décembre d’être un mois soul taker, un mois durant lequel où des personnes malintentionnées recouraient à des pratiques obscènes et rites maléfiques qui occasionneraient des accidents mortels et autres.

Sans chercher à donner raison ou non à ces personnes qui distillent de tels messages superstitieux ou tenter de justifier que le nombre croissant des accidents au cours du mois de décembre n’est pas forcément le fait du mystique. Ce qui est important de noter c’est que les fins d’année étant la période de fêtes, plusieurs facteurs peuvent être pris en compte pour réduire le nombre d’accidents mortels durant le mois de décembre. La période de fête rime paradoxalement avec stress et joie. Joie de pouvoir fêter la fin d’année sain et sauf. Joie d’avoir le privilège de célébrer la fin d’année et l’espoir d’entamer une autre année avec beaucoup d’espérance. Et là, la joie déborde dans les esprits et détend toute concentration même s’il s’agit de la circulation routière. On roule à vive allure avant de se rendre compte qu’on a fait le mauvais dépassement.. Mais, c’est aussi une période de stress pour les uns et les autres.

Pendant que certains disposent allègrement les ressources nécessaires pour fêter en grande pompe les festivités de fin d’année, d’autres doivent chercher les moyens ne serait-ce que le strict minimum pour pouvoir offrir au moins non ordinaire à leur famille à l’occasion des fêtes de fin d’année. D’autres encore, pris dans des engagements voient l’année partir sans pouvoir accomplir leurs devoirs et promesses. Et pour tous ceux, la fin d’année, le mois de décembre donc, rime avec souci.

A chaque instant l’esprit cogite à la recherche de meilleures stratégies d’adaptation. Et lorsque ces personnes sont en circulation, ce ne sont que leurs corps qui circulent, sinon leur esprit est bien ailleurs, soit peut-être dans leurs affaires, ou encore dans leurs comptes bancaires et bien d’autres calculs. C’est comme si un conflit dégénéré dans leur esprit à la question de résoudre l’équation des fêtes de fin d’année. Et figurez-vous quand pareil contexte, le feu tricolore ou autres signalisation routière peuvent ne pas être aperçu au bon moment et bonjour les dégâts. 

Et pendant les fêtes, l’alcool est l’un des facteurs déclencheurs d’accidents quand il est pris sans modération donne active toutes les mauvaises pratiques d’incivisme à savoir l’excès de vitesse, le non-respect des feux tricolores, l’usage du téléphone en conduisant, la circulation en contresens, les surcharges pour ce qui est des cars de transport en commun et bien d’autres incivilités.
Arrêtons donc de diffuser les messages superstitieux et adoptons de bons comportements civiques quand nous sommes en circulation routière, cela nous contribuera à anoblir nos fêtes. 
Pour le reste que Dieu veille et protège chacun d’entre nous afin de vivre cette période de fin d’année sans heurts ni malheur.

Justin OUOBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *