La carte d’invalidité et ses avantages toujours un rêve pour de nombreuses personnes en situation de handicap.

La carte d’invalidité et ses avantages toujours un rêve pour de nombreuses personnes en situation de handicap.

 

Le Burkina Faso est reconnu comme l’un des meilleurs élèves de la sous-région en matière de production, d’adoption et ratification des textes nationaux, régionaux ou internationaux. Paradoxalement il s’en sort dernier quant à l’application des mêmes textes transformant l’espoir des burkinabé en frustration et méfiance. Parmi ces victimes de l’inefficacité de l’Etat dans la mise en œuvre des textes figure un groupe spécifique: les personnes en situation de handicap qui souffrent encore de la non vulgarisation de la loi N°012-2010/AN portant promotion et protection des droits des personnes handicapées.

Pièce théâtrale sur les droits des personnes en situation de handicap

Selon l’article 2 de N°012-2010/AN : « la personne handicapée est toute personne qui présente une ou des incapacités, physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l’interaction avec diverses barrières peut faire obstacle à sa pleine et effective participation à la vie de la société sur la base de l’égalité avec les autres. » au regard de la spécificité de ce groupe l’article 3 de la même loi précise : » Il est institué une carte d’invalidité en faveur des personnes handicapées délivrée par le ministère en charge de l’action sociale »

Malheureusement les conditions d’établissement de cette carte d’invalidité qui accorde des faveurs aux personnes handicapées constituent un blocage pour la plupart d’entre elles. D’ailleurs elles sont nombreuses à ignorer l’existence de cette loi qui les protège.

Pour les rares personnes qui ont cette carte, le calvaire n’est pas fini puisse qu’elles doivent encore expliquer voir s’indigner face à certains déchets de l’administration avant de bénéficier ce qui leur revient de droit au grand mépris de l’expression : « Nul n’est censé ignorer la loi ». C’est inacceptable que les personnes handicapées continuent de souffrir pour l’ignorance d’une loi qui date de 2010 par les agents de l’administration et ce, malgré qu’elles soient détentrices de la carte d’invalidité. Ce comportement observable dans les centres de santé, dans les écoles, dans les gares routières n’honore pas le ministère en charge de la solidarité qui doit enfin sonner la fin de la récréation en dynamisant le Secrétariat Permanent du Conseil National Multisectoriels pour la protection et la promotion des Droits des Personnes Handicapées (SP/COMUD), structure méconnue par de nombreux travailleurs sociaux.

Le Président du Faso lors du Forum National des Personnes Handicapées

Certes, certaines actions peuvent être constatées sur le terrain notamment la prise en compte des rampes d’accès dans la construction des infrastructures privées et publiques, l’organisation des concours directs de la fonction publique au profit des personnes handicapées, la tenue du premier forum des personnes en situation de handicap, mais il reste beaucoup à faire pour garantir les droits à ces personnes qui n’ont pas choisi leur statut. Pour cela, la vulgarisation de la loi 012 ne doit plus se faire attendre. A travers un communiqué ou un spot l’information pourrait toucher un grand public; les centres de santé et autres structures où l’application connait des blocages pourront ainsi se conformer. Pourquoi pas l’organisation d’une vaste campagne d’établissement des cartes d’invalidité en collaboration avec le ministère de la santé?

La bonne place qu’occupe le pays en matière de texte devrait se conjuguer avec une application effective au grand bonheur de nos populations. Voter les textes sans les appliquer et les brandir que pour contenter une volonté politique ou faire plaisir aux institutions occidentales ne développera pas le pays.

El Bach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *