Citoyenneté : AMR éduque la jeunesse du Nord

Éduquer la jeunesse à la citoyenneté afin qu’elle contribue à la culture de la paix est l’objectif principal des universités citoyennes – édition 2019. Elles ont lieu du 3 juillet au 2 août à Gourcy dans la région du Nord.

Le Burkina Faso vit depuis presque deux ans une situation d ‘insécurité inédite marquée par des attaques djihadistes de toute genre et sur tout le territoire national. Cette question éminemment importante doit être dressée par tout acteur épris de paix et de justice. ‘’ Et quand nous savons que les jeunes sont des proies pour alimenter cette nouvelle industrie il y a lieu de développer des initiatives en vus de les dissuader’’ explique Amidou Wangré, coordinateur de l’association monde rural (AMR). D’où cette thématique pour les universités citoyennes de 2019 qui marque en même la contribution de AMR et ses partenaires à apporter leurs contributions à lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation’’. Plus d’une centaine de jeunes élèves participent à ces universités. Et l’objectif poursuivi par les UNIC selon M. Wangré est de faire des participants, des filles et des garçons modèles, acteurs de changement social.  De façon spécifique, il s’agira de renforcer l’implication de la jeune fille et du jeune garçon dans la gestion des affaires publiques locales par l’accroissement de leurs connaissances et de leur capacité d’analyse des préoccupations qui sont les leurs.

De la théorie à la pratique

Au-delà de l’enseignement théorique sur la citoyenneté et le civisme, les participants, les jeunes filles et les jeunes garçons bénéficieront des apprentissages pratiques sur l’élevage, la maraîcher-culture, la fabrication de boissons locales (bissap, zoomkom, etc) du savon et d’insecticide liquide. Les perspectives de ces universités traduisent un peu les ambitions de AMR, selon son coordinateur. ” Il s’agit de permettre surtout que les jeunes qui auront séjourné un mois puissent eux-mêmes se rendre à l’évidence qu’ils ont un rôle très important à jouer dans la construction de leur avenir” explique Amidou Wangré.  La cinquantaine de participants devraient être aussi capables de partager les informations, les connaissances acquises avec leurs pairs. Cela sera suivi à partir des agendas individuels (plans d’actions) que chaque leader est appelé à élaborer avant la fin des universités citoyennes.

BK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *