Accès à l’eau potable : le président Kaboré aurait-il échoué ?

« En matière daccès à leau potable, je veillerai à la réalisation de la vision, zéro corvée deau. »

C’est en ces termes que le président Rock Kaboré, élu président du Faso le 30 novembre 2015, s’engageait dans son programme présidentiel dans le domaine de l’eau à l’égard du peuple burkinabè

En campagne comme en ville, les habitants vivent un véritable calvaire pour s’approvisionner en eau.

La région du nord enregistre les cas les plus emblématiques de coupures d’eau depuis le début du premier trimestre de l’année. Dans les localités telles Gourcy et surtout Ouahigouya, c’est la catastrophe. Nous assistons à des coupures d’eau pouvant aller jusqu’à 3 mois. C’est le cas par exemple de la fontaine publique située au secteur 2, sis au dos du CSPS Zoodo de ladite ville.

Dans la région du centre, on se souvient encore du début du deuxième trimestre de l’année où les habitants de TAMPUY  (quartier urbain situé en plein capitale Ouagadougou) devaient veiller pour espérer recueillir de leur robinet quelques tombées d’eau afin de satisfaire leur consommation domestique.

La même situation est constatée dans la région du centre nord où les ménages sont privés d’eau pendant plusieurs jours.

Pourtant des forages de pompe à motricité humaine (PMH) sont rares ou n’existent pas dans ces zones urbaines. Les populations doivent parcourir 5 à 10km dans les quartiers périphériques et faire un rang kilométrique pour obtenir une quantité d’eau encore insuffisante. D’autres aussi se dirigent vers les forages des écoles.

On sait pourtant qu’au-delà de l’engagement politique du président Kaboré à en faire sa priorité, l’accès à l’eau potable est un droit constitutionnel depuis l’adoption de la loi CNT de novembre 2015. En effet,  le nouvel article 18 dispose : «L’éducation, leau potable et lassainissement constituent des droits sociaux et culturels reconnus par la présente Constitution qui vise à les promouvoir. »

 Nous sommes à seize mois  avant la fin de son mandat, et le pays vit toujours de nombreuses difficultés liées à l’eau qui est cependant une denrée fondamentale à la réalisation de tout être humain. Ne dis t’on pas que « l’eau c’est la vie »?

Pawindkisgou                            

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *