FESPACO 2017 : Wùlu ou le mystère de l’avion de la drogue

C’est clair. Pour la réalisation de son film Wùlu, Daouda Coulibaly s’est inspiré de faits réels. C’est la première impression qui m’est venu en suivant ce film. Wùlu dépeint la situation de la jeunesse africaine face au manque d’emploi.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Daouda Coulibaly s’est inspiré d’une histoire vraie

Difficile de suivre le film du jeune réalisateur franco-sénégalais-malien, Daouda Coulibaly, sans faire référence à « Air cocaïne ». Cet avion, un Boeing 727, rempli de cocaïne venu du Venezuela avait atterri en 2009 vers Gao dans le nord du Mali. L’équipage s’est volatilisé ainsi que le chargement. A la fin de la projection, lui-même l’a confirmé. « Je me suis inspiré de l’histoire de l’avion rempli de cocaïne. Malheureusement quand j’écrivais ce film la guerre avait déjà commencé au Mali »,explique-t-il.

Wùlu, c’est l’histoire d’une jeunesse africaine qui bat mais que l’on envoie d’une certaine manière « à l’abattoir ».  Ladji, le personnel principal de film représente cette jeunesse africaine. Il a 20 ans et travaille comme rabatteur d’un minibus de transport. Espérant devenir un jour chauffeur, il n’obtient pas les faveurs de son patron. Pourtant il a besoin d’argent pour sortir sa sœur de la prostitution.

Il prend contact donc avec un dealer de drogue. « Il devient contrebandier pour passer de la drogue entre le Mali, les pays voisins et les groupes narco-terroristes. Il progresse rapidement et rencontre Assitan, mais la médaille a ses revers ».  Il va perdre un de ses amis au cours d’une attaque. Le deuxième c’est lui-même qui va le tuer. Après le grand coup d’air cocaïne avec la complicité de la hiérarchie militaire, Ladji s’installe dans un pays voisin du Mali. Sa sœur vit une vie heureuse. Mais lui-même finit par se suicider.

Le titre « wùlu » est un mot bambara qui signifie « le chien ». il fait référence au dernier des cinq niveaux de l’initiation N’tomo. Ce film dépent la situation de beaucoup de jeunes en Afrique. Ce qui fait au producteur Éric Névé, que « c’est un film d’abord pour un public africain. Il parle de l’Afrique d’aujourd’hui, de la manière dont la jeunesse se heurte au chômage ». Wùlu dénonce aussi le trafic de drogue qui a contribué à déchiré le Mali et à financer le terrorisme. Wùlu est en compétition officielle long métrage au FESPACO 2017.

Judicaël LOMPO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *