Retraits des enfants et femmes de la rue : Laurence Marshall se veut optimiste

Retirés des enfants et femmes de la rue. Une promesse de campagne du Président Roch Kaboré en 2015. L’actions pour la tenir a été déclenché en mi-mandat (juillet 2018) à travers une opération de retrait initié par le ministère de la femme, de la famille et de la solidarité nationale.  Près de 1000 sur les 50% des 2 millions d’enfants et femmes de la rue ont pu être retiré et placé dans des centres de réinsertion sociale. Le combat semble rude. Les feux tricolores et autres rues restent toujours leurs nids.

Sortir un minimum de 50% des 2 millions d’enfants de la rue est l’objectif fixé dans le programme de retrait. En 2 semaines, selon les responsables de sa mise œuvre, près de 1000 ont été retirés au mois d’août dernier. Le 23 dudit mois, Laurence Ilboudo, ministre de la femme, de la solidarité et de la famille a fait le bilan :

“Au 20 août 2018 nous avons enregistré : 
– Au niveau du Centre d’accueil d’urgence 654 enfants dont 215 présents et 106 retournés en famille ; 
– Au niveau du Centre de prise en charge des victimes de violences basées sur le genre 170 personnes (63 femmes et 107 enfants) ; 
– Au niveau de l’auberge de Nongremassom 58 personnes (20 femmes et 38 enfants) ; 
– Au niveau de l’auberge de Cissin 82 personnes (28 femmes et 53 enfants)”.

Une opération réussie selon ces responsables du ministère qui estiment qu’un pas a été fait. Au moins. A en croire la ministre, une grande partie de ses priorités portent sur ce programme qui vise le bien-être social notamment pour les personnes en situation sociale difficiles. Cet engagement du Président du Faso va-t-il pouvoir se tenir ? Ont-ils suffisamment de moyens financiers et matériels pour atteindre les objectifs fixés. Autant de questions, mais la ministre se veut optimiste. A chacune de ses sorties médiatiques, elle lance un appel aux bonnes volontés pour venir en aide au programme. Mercredi 19 décembre, le club des hommes d’affaires franco-burkinabé a offert 2 000 000FCFA, pour la prise en charge du groupe cible. D’autres bonnes volontés comme les associations d’œuvres sociales agissent autant que faire se peut pour donner du sourire. 2 ans. Le restant du mandat présidentiel. Espérons que les lignes vont davantage bouger.

Bassératou KINDO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *