Projet AJP : un bilan à mi-parcours jugé satisfaisant

Il s’est tenu, le jeudi 11 avril 2019 au siège du Balai Citoyen à Ouagadougou, une conférence de presse sur la mise en œuvre à mi-parcours du projet Alliance Jeunes et Parlementaires (AJP).  Elle a été animée par les premiers responsables du projet notamment le Chargé de projet AJP, Jean Alphonse YAMBRE et du chargé de communication Hassimi ZOURE.

Mis en route depuis avril 2018 pour une durée de 18 mois, ce projet conduit par le Balai Citoyen en partenariat avec l’ONG OXFAM et le gouvernement canadien, couvre six (06) localités du Burkina Faso que sont Ouagadougou, Dori, Po, Bogandé, Tenkodogo et Koudougou.

De l’avis des conférenciers, les jeunes, qui longtemps ont été oubliés dans les instances décisionnelles, vont à travers ce projet, bénéficier d’un renforcement de leurs capacités notamment leur leadership et acquérir des aptitudes à conduire des plaidoyers pour la prise en compte de leurs besoins auprès des décideurs notamment, les parlementaires.

En termes de résultats à mi-parcours, le projet AJP met déjà à son actif :

  • Le renforcement de capacités de 222 jeunes dont 40% de quota genre, avec à la clé la mise en réseau de ces jeunes dans les zones du projet pour l’élaboration d’un agenda commun de plaidoyer à l’endroit des députés ;
  • La signature d’une convention cadre avec l’Assemblée Nationale ;
  • Des rencontres consultatives et de lobbying avec les députés.

Ces actions en amont ont permis aux jeunes des localités d’intervention du projet, de formuler trois (03) thèmes de plaidoyer à réaliser auprès des députés notamment :

  • L’instauration d’un « quota jeunes» d’au moins 30% sur la liste électorale nationale pour les élections législatives ;
  • Une couverture nationale de la radio du parlement limitée à un rayon de 70 km autour de Ouagadougou ;
  • Un recrutement de 127 jeunes assistants parlementaires diplômés à l’Assemblée Nationale.

Tous ces thèmes ont été formulés sur la base d’un constant et de la nécessité de briser la marginalisation des jeunes, entretenue dans les sphères de décision.

Tous les regards, sont désormais donc tournés vers les conclusions de la session parlementaire en cours, dont les attentes sont, la prise en compte des besoins de jeunes à travers les lois à voter et celles à réviser comme le code électoral.

 

ABB/Mindiéba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *