Burkina : « Moïse » sauvera-t-il les écoles ?

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a nommé un nouveau Chef d’état-major général des armées, le 10 janvier 2019. Il s’agit du Général de Brigade Moïse Miningou. Sa mission est à la fois simple et complexe : mettre fin au terrorisme.

Lorsqu’un bateau n’arrive pas à destination, il y a une explication. Peut-être que le navire n’était pas dans un bon état. Dans ce cas, changer des pièces de l’embarcation ou tout le bâtiment pourrait s’avérer nécessaire. Mais changer de capitaine ou d’équipage ne changera rien et n’empêchera pas la barque d’échouer à nouveau. On prie tous les saints du ciel que ce ne soit pas le cas du Burkina Faso.

En attendant, des enfants dans le Sahel, l’Est et le Nord ne vont toujours pas à l’école. Si leurs établissements n’ont pas été brûlés, ce sont des menaces qui ont fait fermer leurs portes,  jetant les écoliers à la rue, les privant d’éducation, cette manne si indispensable à leur épanouissement normal.

Le prénom du Chef d’état-major général des armées sonne comme une promesse. Celle qui avait fait rêver le persécuté peuple d’Israël, qui l’a libéré du joug de l’esclavage pour le conduire à la Terre promise.

La Terre promise aujourd’hui pour ces milliers d’enfants, ce sont leurs salles de classe. Ils ont envie de retourner s’abreuver à la source du savoir. Ce savoir qui leur donne plus de garantie de pouvoir grandir et s’intégrer dans cette société. Le Général Moïse est donc attendu pour des écoles sécurisées, des enseignants en sûreté et une institution nationale à l’abri de la dénégation. Ce qui est, du reste, une promesse du Chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, formulée un certain 11-décembre 2018 …

Abdou ZOURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *