L’accès difficile à l’eau potable et à l’assainissement convenable rend la femme africaine vulnérable  

Dans la mesure où la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) proclame que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits », dire que la femme est vulnérable met plusieurs personnes en colère. Surtout quand le contexte n’est pas expliqué. En effet, il faut insister sur les circonstances qui rendent les individus vulnérables, plutôt que d’attribuer ce statut à des populations entières. Le concept de vulnérabilité devient alors moins condescendant et victimisant.

 

La vulnérabilité est l’incapacité plus ou moins grande d’un individu, d’un ménage ou d’une couche de la population à faire face à un risque.

Lorsque l’accès à l’eau potable et à l’assainissement convenable est difficile, la femme est désavantagée par le statut socio-économique. Car la femme est celle qui parcourt des kilomètres pour trouver de l’eau pour la famille. Cela agit immédiatement sur son activité commerciale (si elle devait vendre au marché ou participer à une activité culturelle par exemple).

 L’intimité et la sécurité physique sont également menacées dans les situations où les femmes et les enfants doivent se rendre dans des latrines communes ou en plein air pour déféquer, parce que cela les expose au risque d’être harcelées, agressées, violentées ou violées ou avoir des infections dues à l’état des toilettes communes.

De plus, le droit à l’éducation ne peut pas être garanti lorsque l’eau n’est pas disponible dans les écoles et lorsque les installations sanitaires ne sont pas séparées par sexe. Souvent, faute de conditions d’assainissement adéquates, les filles ne se rendront pas à l’école durant leurs menstruations.

Certaines situations citées plus haut seront surement qualifiées d’exagérées pour certaines personnes qui vivent dans les zones urbaines et dans des conditions convenables. Mais cela est une réalité quotidienne pour les populations rurales.

Le droit à l’eau et à l’assainissement demeure un défi, mais mérite d’être défendu, promu afin qu’il ne soit pas considéré comme une simple campagne politique qui sera traitée comme telle sans aucun lien avec les droits de l’Homme.

Des progrès lents sont observés mais une forte disparité est observée d’une région à l’autre dans les dimensions non atteintes des OMD.

Accès à l’eau au Burkina Faso (milieu rural et urbain)

 

Wonder Mousso

Parce que l’Afrique a aussi des héroïnes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *