Présimetrebf : l’AMR suscite l’engouement des citoyens autour des EDIC

L’Association monde rural fait partie des 13 partenaires du programme présimètrebf. Il s’occupe du volet  –consolidation de la gouvernance locale par une redevabilité et suivi citoyen des politiques publiques à la base-.

Lancée en janvier 2017 le programme présimetre.bf a pour but de suivre les politiques publiques et les engagements pris par le président du Faso lors de son élection en 2015. Il s’agit en clair de suivre les réalisations des promesses faites aux citoyens lors des campagnes électorales. Pour faciliter le suivi en milieu rural, l’association monde rural organise des cadres de concertation et les espaces de dialogue, le renforcement des capacités des acteurs de la société civile locale. Le public cible est essentiellement les collectivités territoriales et les populations membres des organisations de la société civile et les jeunes.

Pour le premier semestre l’AMR a réalisé  toutes les activités qui étaient prévues avec une grande satisfaction tant au niveau des cibles qu’au niveau de l’association elle-même. En ce qui concerne le retour des citoyens, plusieurs fois l’AMR a reçu  des félicitations de la part des citoyens pour leur avoir montrer montré que le développement de la commune est du ressort des citoyens. Ces derniers se sont engagés à des actions citoyennes comme le paiement de leur taxe, la participation aux activités de la commune ainsi que le remblaiement des nids de poule.

 

Des activités qui ne sont pas réalisés sans grand difficultés selon le Coordonnateur national de l’AMR M. Amadou Wangré. Ce sont  des difficultés d’accès  à certaines zones d’intervention comme Sollé, Banh, Titao, Ouindigui dues au contexte d’insécurité que connait le pays où les activités dans ces zones sont  au ralenti. Il note également les troubles scolaires qui n’ont pas permis aux clubs de jeunes leaders de fonctionner comme il se doit. La non prise en compte du fonctionnement des clubs dans le programme ne facilite pas certaines activités des clubs.

 

De l’engouement des citoyens au EDIC

 

Dans les premiers instants, l’engouement autour des EDIC étaient moindre” explique M. Amadou Wangré. Cela, poursuit-il, pourrait s’expliquer par le fait que c’est une approche nouvelle pour eux et ils ne savent pas que  les populations pouvaient interpeller directement le conseil municipal. Donc les rares curieux qui ont pu prendre part ont pu convaincre les autres du bien fondé et de l’importance de cette activité, qui a créé une vraie émulation au sein des communes. Actuellement, plusieurs communes demandent l’accompagnement technique de l’AMR pour la réalisation de ces espaces qui connaissent une grande participation des populations, qui participent activement aux débats et des interventions tranchantes pour un meilleur développement local.

BK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *