Octobre rose : ce que le PNDES prévoit pour les femmes.

Campagne de dépistage du cancer du Sein et du Col de l’utérus gratuite organisée par l’ONG AMPO

Si grâce à certaines ONG, les populations réussissent à se faire dépister gratuitement, la chimiothérapie et les produits contre le cancer ne sont toujours pas gratuits dans les hôpitaux et centres de santé publics comme le voudrait le Décret 2016-311_PRES/PM/MS/MATDSI/MINEFID, portant sur la gratuité des soins de santé au profit des femmes.

En effet, le traitement du cancer coûte environ cent mille (100 000) fcfa par semaine pour trois (3) semaines de traitement par mois pendant six mois, ce qui s’élève à un montant total de 1 800 000  fcfa pour un traitement complet. Ceci est une somme que peu de familles burkinabè peuvent réussir à mobiliser en si peu de temps.

 

Le Docteur Aboubacar Bambara, chef de service Oncologie et Hématologie de l’Hôpital de district de Bogodogo nous rapporte que dans son service (la seule structure physique d’oncologie au Burkina), il ne passe pas un jour sans qu’il n’enregistre au minimum  cinq décès par suite de cancer et certains jours, ce chiffre peut aller jusqu’à 15.  Pour cause, les malades se font dépister à un stade avancé de la maladie et très souvent n’ont pas les moyens pour assurer leur traitement. Il précise d’ailleurs que dans son unité de soins, 57% des patients ont moins de 40 ans.

 

Cependant, des textes ont été adoptés pour garantir la prise en charge de ces femmes atteintes du cancer, mais leur application tarde toujours à se faire voir. Le Plan national de développement sanitaire (PNDS) prévoit en ses points 2 et 3 l’amélioration de la qualité des services de santé et le renforcement de la lutte contre les maladies non transmissibles tel le cancer.

Faute de bonne communication sur le sujet, dans la plupart des CSPS, très peu d’agents de santé savent que le dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus est gratuit. Pour le peu d’entre eux qui le savent, ils n’ont pas le matériel adéquat afin de le faire. On pourrait bien se demander à quoi  sert cette partie des fonds du PNDES pour la prise en charge médicale des femmes entrant dans le cadre de l’Objectif de développement durable (ODD) de son axe stratégique 2 ou il est écrit : « permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge ».

 

L’octobre rose tire bientôt à sa fin. Que deviendront celles qui se découvriront affectées et qui n’ont pas de moyens ? Des mesures immédiates et drastiques doivent être prises pour la prise en charge de celles-ci et de toutes les autres conformément aux textes sus-soulignés.

 

Cheik Abdoul Kader RABO

Un commentaire

  • association les amis d'arbollé

    reportage très intéressant – Que comprend le traitement complet de 1 800 000 CFA (chimiothérapie ?, radiothérapie ? ablation sein ? Ovaires ? ) Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *