A quand la vaste campagne d’établissement des cartes d’invalidités au profit des personnes handicapées?

Bientôt les élections, les préparatifs sont remarquables sur le terrain. Les campagnes d’établissement des cartes d’identité nationale (CNIB) sont organisées dans les provinces sans doute pour encourager les populations à s’enrôler sur les listes électorales. Par endroit les politiciens entrent dans le jeu avec les subventions de l’établissement desdites cartes. A quand donc la campagne d’établissement des cartes d’invalidités consacrées par la loi 012/2010 portant droits des personnes handicapées et qui accorde des faveurs à ces personnes dans plusieurs domaines (santé, éducation, transport, etc.) ?

 

Visuel de la campagne d’établissement des CNIB

Faut-il voter les textes pour ensuite les ranger aux oubliettes ? Le 1er Avril 2010, l’Assemblée nationale votait la loi 012-2010/AN portant protection et promotion des droits des personnes handicapées. L’article 03 de cette loi a institué la carte d’invalidité délivrée par le ministère en charge de l’action sociale à toute personne qui présente une incapacité physiques, mentales, intellectuelles, sensorielles durable dont l’interaction avec les diverses barrières peut faire obstacle à sa pleine et effective participation à la vie de la société sur la base de l’égalité avec les autres.

 L’article 04 de la même loi précise que «les titulaires de la carte d’invalidité bénéficient des avantages dans le domaine de la santé, l’éducation, le transport, la communication, la protection sociale».

Plusieurs années après le vote de la loi suivi de la signature du décret d’application et de l’arrêté de mise en œuvre, on est tenté de se demander combien de personnes handicapées connaissent l’existence de la loi ?

La loi profite à peine aux personnes handicapées. Pour se faire établir la carte d’invalidité, c’est la croix et la bannière. L’article 04, alinéa 2 du décret portant condition de délivrance de la carte d’invalidité dit : « les frais liés aux prestations des travailleurs sociaux, des agents de santé et des examens médicaux sont totalement exonérés».

La réalité est toute autre sur le terrain. Le certificat médical est l’une des pièces qui bloque la constitution du dossier. Le problème est soit lié à la distance qui sépare les demandeurs des centres de santé habilités à délivrer le certificat médical, soit au manque de moyens pour prendre en charge les frais de l’examen bien qu’ils soient exonérés selon la loi.

Les rares personnes qui arrivent à voir le certificat médical feront ensuite face à la lenteur administrative avec les possibilités de perte de dossiers dans le circuit. Pendant ce temps, les autres paramètres de promotion et de protection des droits des personnes handicapées sont bafoués puisque de la carte d’invalidité découle de la prise en compte de plusieurs avantages.

                               

La politique de gratuité des soins ne prend pas en compte les personnes handicapées bien qu’elles soient vulnérables comme les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes. La spécificité de ce groupe devait commander une prise en charge sanitaire exceptionnelle pour instaurer l’équité et l’égalité arrachée par la force des choses.

Malheureusement, les associations et structures de protection et de promotion des droits des personnes handicapées, malgré l’existence des textes nationaux et internationaux, se battent aujourd’hui pour une prise en compte des personnes handicapées dans les politiques de santé au Burkina.

Pourquoi pas une vaste campagne de délivrance de la carte d’invalidité?

Au regard des piétinements que connait l’application de la loi portant protection et promotion des droits des personnes handicapées, notamment la délivrance de la carte d’invalidité, il est plus que nécessaire que les plaidoyers se multiplient pour faciliter la délivrance de la carte d’invalidité à toutes les personnes handicapées et en les prenant en compte dans les politiques de l’éducation et la gratuité des soins.

La possession de la carte d’invalidité étant le seul moyen qui ouvre les portes des avantages en faveur des personnes handicapées. La générosité du président de l’Assemblée nationale par exemple, s’est manifestée un peu partout, sauf qu’elle n’a pas encore atteint ou touché les personnes handicapées. Porter un projet de délivrance de la carte d’invalidité serait tout simplement salutaire. Mieux, si chaque député, ministre, président d’institution, politicien s’impliquait activement dans la délivrance des cartes d’invalidité, une autre page s’écrirait au profit de ce groupe socio-spécifique et facilitera son implication effective dans l’édifice de la maison commune.

Même si la vaste campagne d’établissement des cartes d’identité qui se tient actuellement concerne aussi la personne handicapée, il y a lieu de révolutionner les choses en mettant en œuvre la loi 012-2010/AN portant protection et promotion des droits des personnes handicapées qui malheureusement est foulée au pied par l’Etat. Il faut surtout mettre fin aux discours théoriques en remettant sincèrement à César ce qui est à César.

El Bach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *