BILAN DU FESTIVAL CINÉ DROIT LIBRE 2019: APPEL A PLUS DE RESPONSABILITÉ CITOYENNE

Ce 14 décembre 2019, le rideau vient de tomber sur la quinzième édition du Festival Ciné Droit Libre. Organisé sous le thème emblématique “Pourquoi la Démocratie ?”, le festival Ciné Droit Libre a été animé par des projections de films, concerts, et spectacles humoristiques. Le Ciné Droit Libre c’est 7 jours de découverte, une semaine de distraction, une période  qui a parfaitement su joindre l’utile à l’agréable. Au cours de l’activité la pertinence des thèmes abordés au travers des films projetés ont tenu en haleine les festivaliers. De la cause des travailleurs miniers a l’historique de l’insurrection en passant par la cause des immigrés clandestins, les festivaliers ont pu être édifiés sur des sujets qui les touchent de très près et ont aussi eu l’occasion de donner leur point de vue sur les questions de bonne gouvernance.

“Des prix octroyé par le public”

Un système de vote instauré par le comité d’organisation a permis de primer le film qui a été le plus apprécié par les spectateurs. Ceux-ci n’y sont pas allé de main molle car exceptionnellement, cette année il y a eu deux coup de cœur du public, ce qui a contraint le comité d’organisation de donner deux prix au lieu d’un seul comme ce qui était prévu.

Il a plu au public d’octroyer le trophée du premier prix au film  « Le mal conjoint » d’Ismaël Géni Massa TALL qui dépeint l’environnement sombre et impitoyable de l’alcoolisme et du tabagisme au Burkina Faso. Le deuxième prix a été décerné à  Chloé Aïcha BORRO LETTERIER  avec son film “Le loup d’or de Balolé” où elle montre les conditions difficiles dans lesquelles travaillent les orpailleurs de la carrière de granite de Balolé.

 

“Une réforme qui tombe à pic.”

Cette édition présidée par le coordonnateur du festival Ciné Droit Libre aura réussi à éclairer plus les populations de Ouagadougou sur les véritables causes  des difficultés qu’il rencontre tous les jours. Ils ont aussi été édifiés sur leurs droits, invités à jouer leur devoir de veille citoyenne pour un meilleur suivi des politiques publiques. Le coordonnateur a d’ailleurs annoncé que pour plus d’efficacité dans leur mission d’éducation des détenteurs de droits, ciné Droit Libre 2020 se fera dans les provinces afin de permettre au plus grand nombre des Burkinabè d’en profiter. Cette mesure tombe à point nommé dans ces circonstances pré-électorales car il contribuera énormément a l’éveil des consciences pour plus de responsabilité citoyenne globale.

Cheik Abdoul Kader RABO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *