Volontaires  pour la défense de la patrie : Les CDR du 21e siècle ?

Annoncé par le Chef de l’Etat, Roch Kaboré, dans un océan d’interrogations, le projet de recrutement de volontaires pour la défense de la patrie commence à prendre forme.

Des engagés du Service national pour le développement – Burkina24

Le gouvernement a déposé un projet de loi devant l’Assemblée nationale. Il  parle d’institution de volontaires pour la défense de la patrie. Le texte  précisera leur statut et le mode de fonctionnement et d’encadrement.

Le ministre porte-parole du gouvernement, Remis Dandjinou a dit que ces volontaires seront intégrés à un dispositif de lutte contre le terrorisme à l’échelle du village et du secteur. Ils seront rattachés aussi aux forces de défense et de sécurité et seront apparemment sous leurs ordres.

Cela fait rappeler vaguement les fameux Comités de défense de la révolution (CDR). Ces structures qui ont été mises en place sous la révolution d’août 1983 et ont été dotées d’une véritable organisation qui a opéré un maillage efficace et élaboré du territoire national, étaient chargées localement d’exercer le pouvoir au nom du peuple, gérant la sécurité, la formation politique, etc.

 Si les VDP, abréviation qu’on pourrait déjà s’amuser à attribuer aux Volontaires pour la défense de la patrie, arrivaient à avoir le même maillage, il n’est pas de doute que leur efficacité dans la lutte contre le terrorisme serait palpable.

Ces tares à ne pas reproduire

Dans le même temps, il faudrait qu’ils s’éloignent des tares des CDR. Les abus et autres injustices qui ont malheureusement terni leur image sont à ne pas reproduire.

On attend également de savoir s’ils auront l’autorisation de port d’armes et de quelle arme il s’agira. On s’imagine difficilement qu’ils soient désarmés étant donné qu’ils doivent faire face à des ennemis qui ne font pas dans l’humanitaire. Auquel cas, il faudra veiller au grain pour que ces armes ne soient pas retournées contre les populations.

Enfin, on ne peut pas s’empêcher de se demander ce que deviendront les koglweogo (groupe d’autodéfense) dans ce nouvel ordonnancement. Certes, les VDP seront orientés spécialement sur le terrorisme. Mais il ne demeure pas moins qu’en termes de renseignement, les koglweogo ont pris des galons. Quels seront les termes de leur collaboration ?

L’idée des VDP n’est pas mauvaise. Sans verser dans le pessimisme aveugle, comme le reproche le président Roch Kaboré, il faudra juste veiller à ce que la grenade n’explose pas dans la main.

A.Z

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *