L’engagement « Zéro corvée d’eau » du président du Faso : Entre espoir et désespoir

En matière d’accès à l’eau potable, je veillerai à la réalisation de la vision « zéro corvée d’eau », est l’engagement du président Roch KABORE pour son quinquennat en cours dans le secteur de l’eau. A quelques mois de la fin de son mandat, la corvée zéro dans l’accès à l’eau potable n’est pas encore une réalité dans plusieurs localités du pays.

 

 

Dans les grandes villes tout comme en milieu rural, la corvée d’eau est omniprésente. Ouagadougou la capitale ne fait pas exception à ce constat. Des habitants font plus de mille mètres pour avoir la boisson vitale. Le jeudi 19 décembre 2019, l’émission de la mission Faseau sur les antennes de la radio savane FM a dressé un aperçu général  de par le  constat de visu fait par des acteurs de la thématique.

 

Dans la province de la Kossi, un exemple parmi tant d’autres, en plus de l’insuffisance des ouvrages en eau, plusieurs sont en panne dans cette zone. Tenkodogo, la ville ayant abrité la commémoration du 59e anniversaire de l’indépendance du pays, a soif. C’est la ruée vers les quelques rare forages fonctionnels.

 

Ce n’est pas un cas isolé dans cette région du Centre-Est du Burkina. À  Koupela également,  la corvée d’eau dicte ses lois. Elle garde bien ses quartiers et trouble le sommeil des populations.

Émission radio de la mission Faseau, 19 décembre 2019, copyright Simbo

 Les témoignages des auditeurs de différentes localités confirment et permettent de résumer qu’il reste beaucoup à faire. L’objectif d’une réduction à zéro de la corvée d’eau demeure un rêve. « Même à l’horizon 2035, il serait difficile de mettre fin aux difficultés d’accès à l’eau potable », s’inquiète une ménagère de Bobo.

 L’entretien des forages existants est un défi majeur à vite combler afin d’éviter d’anéantir les efforts.

 

 « Au mois de novembre nous sommes à 7200 forages réalisés», a affirmé le président du Faso lors de son grand entretien avec les journalistes en marge des activités du 11-Décembre à Tenkodogo.

Borne fontaine à Koupela, ruée pour le jus précieux

Des efforts à saluer mais il faut dire que le manque d’entretien de ces ouvrages dans plusieurs bourgades du pays sape les indicateurs.

Le dernier Inventaire National des Ouvrages d’Approvisionnement en Eau Potable (Mars 2019) dresse une liste des forages abandonnés et pompes d’eaux manuelles en panne. Cette situation ramène des milliers de Burkinabè dans le statut antérieur d’inaccessibilité à l’eau potable. Il est indéniable de veiller aussi à l’aspect qualité.

 

Harouna DRABO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *