Le casque sauve !

La fin d’année rime très souvent avec son lot d’angoisse, d’accidents de la circulation. Excès de vitesse, alcool et insouciance sont les facteurs de ce qui semble devenir ce tueur silencieux.

Pourtant, l’adoption du casque pour les usagers des engins à deux roues peut, dans beaucoup de cas, sauver la vie de l’usager en cas d’accident. Selon les statistiques produites par la Police municipale de concert avec la Brigade nationale des Sapeurs-Pompiers pour la seule ville de Ouagadougou, on y dénombrait en 2018, 7 263 accidents de la circulation routière contre 6 452 en 2017, soit une hausse de 12,52 %. Ces accidents ont fait 8 448 victimes contre 7 137 en 2017, soit une hausse de 18,36 %. Parmi ces victimes, 311 ont perdu connaissance contre 284 en 2017, également une hausse de 09,50%. 80 sont décédées contre 80 en 2017.

Un tour au service des urgences traumatologiques de l’Hôpital Yalgado, vous fait souvent oublier votre vécu quotidien. A cet endroit, regroupe de cas d’accidentés dont la plupart aurait eu moins de complications s’ils avaient porté un casque de protection. Si vous êtes un habitué de la vitesse et sans protection surtout, cet endroit est le lieu idéal pour voir ce à quoi se résume notre vie sur terre qui ne tient souvent qu’à un seul fil du poste de commandement de l’être qu’est la tête. Un seul bobo de cette partie du corps et bonjour les angoisses pour ceux qui ont la chance de survivre.

Evacué par les sapeurs-pompiers en état d’inconscience, on l’a diagnostiqué un hématome dans la tête et il n’a pas survécu. Tout comme ce collègue à qui je prie pour le repos de son âme, ils sont plusieurs dans les salles d’hospitalisations des urgences traumatologiques à qui le casque aurait pu atténuer les situations dramatiques.

Il urge donc que les usagers de la voie adoptent des résolutions pour ces fins d’années qui d’habitude, sont accidentogènes.

On peut énumérer comme bon réflexes :

-le port du casque sur les engins à deux roues ;

-le port de la ceinture de sécurité pour les véhicules automobiles ;

-le respect de la limitation de vitesse. En rappel selon l’arrêté interministériel N°2016-0005/MTMSUR/MDNAC/MATDSI portant obligation d’installation de dispositif de limitation de vitesse et de contrôle des temps de repos dans les véhicules de transport routier et interdiction du transport mixte du 24 mai 2016, la vitesse est limitée à 50 km/h en agglomération, 90 km/h pour les véhicules ne transportant pas de marchandises ou de matières dangereuses et 80km/h pour les véhicules de transports de marchandises ou de matières dangereuses, en rase campagne ;

-le respect de la priorité en circulation ;

-la prohibition de l’alcool quand on doit conduire ;

-le bannissement des habitudes, d’acrobaties en circulation ;

-la révision périodique des engins et véhicules pour déceler tout défaut qui pourrait être préjudiciable ;

-le respect des règles de la circulation routière.

Ces quelques règles qui bien que n’étant pas exhaustives, bien intégrées à nos réflexes peuvent nous éviter séquelles et désolation.

Pour les parents, surtout ceux prompts à payer de gros cylindrés en guise de cadeau à leur gosse, il faut y ajouter le casque et au besoin les amener visiter le service des urgences traumatologiques qui peut sonner le déclic.

Mindiéba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *