L’éducation est un des droits fondamentaux de l’homme. Le président du Faso, Roch Kaboré, dans son Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) s’engageait à améliorer l’accès de tous à une éducation de qualité.

Depuis 2007, le Burkina Faso a adopté une loi d’orientation de l’éducation qui stipule en son article 3 :« Toute personne vivante au Burkina Faso a doit à l’éducation, sans discrimination aucune, notamment celle fondée sur le sexe, l’origine sociale, la race, la religion, les opinions politiques, la nationalité ou l’état de santé. Ce droit s’exerce sur la base de l’équité et de l’égalité des chances entre tous les citoyens ».

Cette vision du Burkina Faso va en droite ligne avec le point quatre (4) des Objectifs de développement durable (ODD) qui visent à : « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie » d’ici 2030.

C’est au regard de ces dispositions que le président du Faso, Roch Kaboré, prenait l’engagement dans le PNDES de faire de l’éducation une priorité nationale. Il promettait d’accroitre le taux brut de scolarisation au préscolaire de 3,9% en 2015 à 7,6% en 2020, le taux d’achèvement au primaire de 58,5% en 2015 à 75,6% en 2020, le taux d’achèvement au post-primaire de 24,2% en 2015 à 38,2 en 2020.

Résultats mitigés

Malgré les importants efforts consentis par le pays en faveur de l’éducation ces dernières années, certains objectifs n’ont pas pu être atteints en 2018. On constate qu’il y a encore un grand vide à combler. Le taux brut de scolarisation au préscolaire était de 4,1% selon l’annuaire statistique du préscolaire alors que la cible était de 6,12% pour 2018. Le taux d’achèvement du primaire en 2018/2019 était de 61,7% selon l’Annuaire statistique de l’éducation nationale/ alors que la cible 2018 était de 68,5.

De 2016 à 2020, la situation sécuritaire du pays a beaucoup affecté le système éducatif. Le 30 janvier 2020, le professeur Stanislas Ouaro, ministre de l’Education nationale a annoncé la fermeture de 2369 établissements scolaires pour cause d’insécurité. Cette situation touchait 325 245 élèves et 10 408 enseignants avec 623 établissements endommagés. Et pour tout couronner, l’épidémie de Covid-19 a occasionnée la fermeture de 20 000 écoles et mis 4 millions d’enfants hors de l’école.

Rodrigue SEKONE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here