Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’activité, le Comité Interministériel de la détermination des Prix des Hydrocarbures (CIDPH)a organisé un atelier de réflexion et de sensibilisation sur les produits pétroliers les 19 au 22 Septembre 2021 à Ziniaré. Il était question de faire comprendre aux organisations de consommateurs, aux influenceurs des réseaux sociaux et aux blogueurs les mécanismes de fixation des prix pétroliers au Burkina Faso. 

Les hydrocarbures constituent, pour le Burkina Faso, l’un des produits de grande consommation les plus sensibles tant au niveau de sa manipulation qu’au niveau de la fixation des prix de mise en consommation.

La problématique de la maitrise des circuits d’approvisionnement et de distribution, ainsi que celle des prix des produits liquides et gazeux, suscitent régulièrement des débats. Les produits pétroliers deviennent de plus en plus chers, c’est ce qui ressort à l’évocation de la question des hydrocarbures aux Burkina.

En effet, le Burkina s’approvisionne à hauteur de 80% par la route et 20% par les rails au niveau des trois principaux pays d’approvisionnement comme le Benin, le Togo et le Ghana. Une situation qui ne manque pas d’influencer le cout des produits.

Le mécanisme des prix est institué par le DECRET N°2018-1012/PRES/PM/MINEFID/MCIA/ME du 14 novembre 2018, portant institution d’un mécanisme de réajustement des prix des hydrocarbures au Burkina Faso.

Le prix de cession du gaz butane est subventionné par kilogramme et par type de bouteille. Ainsi la bouteille de 1 à 6 kg est à 40% de subvention au maximum, celles de 6 à 12,5 kg à 30% de subvention au maximum et celles de plus de 12,5 kg à 10% de subvention au maximum.

Des communications, il ressort que les allocations budgétaires pour la subvention des hydrocarbures étaient par exemple de 90 milliards F CFA en 2019, 65 milliards F CFA en 2020, 40 milliards F CFA en 2021. Au niveau de la direction générale des douanes, les subventions accordées aux produits pétroliers s’élèvent à plus de 325 milliards F CFA sur la période 2016-2020, avec plus de 189 milliards F CFA au profit de la SONABHY. Cependant, il est à noter que ses différentes subventions ne profitent pas assez aux couches vulnérables.

Durant ces trois jours d’atelier, les membres des organisations de consommateurs, les influenceurs des réseaux sociaux et aux blogueurs entre autres, sont informés sur le mécanisme d’approvisionnement du Burkina Faso en produits pétroliers, la problématique de la fraude dans le secteur des hydrocarbures, la maîtrise des circuits d’approvisionnement et les prix des produits liquides et gazeux.

 La présidente du Comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures au Burkina, Yvonne Rouamba/Guigma dans son mot de bienvenue a tenu à rassurer les participants que cet atelier de trois jours n’est pas une occasion pour ouvrir les débats sur une quelconque future augmentation des prix ou pour préparer les esprits à faire face au cas échéant.

L’objectif global de cet atelier est de réfléchir et d’échanger avec les acteurs identifiés sur des thèmes précis relatifs au secteur des hydrocarbures notamment le mécanismes d’approvisionnement du Burkina Faso en produits pétroliers : état des lieux et perspectives pour une meilleure satisfaction de la demande à moindre cout, la problématique de la fraude dans le secteur des hydrocarbures et impacts sur l’économie nationale et les solutions pour y remédier. Un atelier qui a également pris en compte la structure des prix et le mécanisme de réajustement des prix au Burkina.

La structure des prix, c’est un certain nombre de charges qui concourent à la détermination du prix du carburant. Le liquide précieux n’est pas produit au Burkina Faso mais sur le marché international. Au-delà de l’enclavement du Burkina qui nécessite des dépôts dans des pays étrangers tel que le Benin et le Togo, il faut prendre aussi en compte le prix du baril de pétrole à l’international ainsi que le cours du dollar qui sont des facteurs qui ont des répercussions sur les différents prix.

 Depuis sa création en 1985, c’est la Société Nationale Burkinabè d’Hydrocarbures (SONABHY) qui avait le monopole de la fixation des prix des hydrocarbures et de l’approvisionnement en produits pétroliers. En vue de mettre fin à ce double rôle de juge et de parti que la SONABHY jouait, l’Etat burkinabè a alors créer le Comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures(CIDPH) en 2009.

Cette structure d’aide à la décision que le gouvernement a mis en place pour lui faire des propositions pertinentes afin de déterminer le prix des hydrocarbures mois après mois au Burkina Faso. La structure est chargée d’un certain nombre de missions essentielles parmi lesquelles on peut citer la nécessité de collecter toutes documentations, toutes informations relatives au marché pétrolier international.

Le CIDPH collecte ces informations et documents, les exploite en vue de retenir des éléments d’informations qui peuvent être nécessaires pour la détermination des prix des hydrocarbures. Il est également chargé de proposer la structure des prix au gouvernement. Chaque mois, c’est cette structure qui fait une proposition de la structure des prix pour le mois à venir au gouvernement.

Les structures qui sont représentées sont au nombre de quatre. Il y a le Premier ministère qui est une structure de coordination de l’action gouvernementale ; il y a le ministère de l’Economie et des Finances ; le ministère chargé du Commerce et le ministère de l’Energie, des mines et des carrières.

Le comité est présidé par le secrétaire général de la Primature. Il est appuyé par des représentants des ministères en charge de l’économie, de l’énergie, du commerce et des agents de la SONABHY.

Malgré les efforts de CIPDH, les couches vulnérables restent peu avantagées par les subventions de l’état burkinabè, les participants ont formulé des recommandations allant dans le sens d’une plus grande efficience de la subvention des hydrocarbures.

Neimatou SAKANDE

  • Déclaration liminaire sur le projet «Promotion du civisme numérique pour une meilleure expression démocratique au Burkina Faso»
    Le samedi 13 août 2022 02Al’ABB a organisé le lancement projet « 𝗣𝗿𝗼𝗺𝗼𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝘂 𝗰𝗶𝘃𝗶𝘀𝗺𝗲 𝗻𝘂𝗺𝗲́𝗿𝗶𝗾𝘂𝗲 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗲𝘅𝗽𝗿𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲́𝗺𝗼𝗰𝗿𝗮𝘁𝗶𝗾𝘂𝗲 𝗮𝘂 𝗕𝘂𝗿𝗸𝗶𝗻𝗮 𝗙𝗮𝘀𝗼 » avec le soutien financier International Media Support (IMS). 𝗥𝗲𝘁𝗿𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 le contenu de la déclaration liminaire sur le projet.   Chers partenaires, Mesdames et Messieurs les journalistes, Nous vous remercions d’avoir répondu […]
  • Burkina Faso : « Le parcours du vidangeur » au cœur d’une immersion. 
    Dans le cadre de l’initiative Assainir l’Ordure et Liquide, les organisations de la société civile Kynarou et FAAB au Burkina Faso, PNE au Bénin et CN-CIEPA au Mali collaborent avec Niyel pour la mise en œuvre de leurs plans de plaidoyer nationaux. Le changement de comportements et l’essor du sous-secteur passent aussi par le partage d’information, le plaidoyer et […]
  • Burkina Faso: un atelier pour élaborer un Guide de gestion des rumeurs de la civid-19.
    Le lundi 28 mars 2022 au mercredi 30 mars 2022, s’est tenue à Koudougou à l’hôtel TARBALA, un atelier d’élaboration et de validation du guide de gestion des rumeurs sur la covid-19, avec 27 structures dont l’Association des Blogueurs du Burkina, le CORUS, la DPCM etc. Les rumeurs, les fausses et/ou inexactes informations constituent un […]
  • 12 mars : journée internationale contre la censure sur internet
    La journée mondiale pour la liberté d’expression sur Internet encore appelé journée internationale contre la censure sur internet est célébrée chaque 12 mars de l’année depuis son institution en 2008 par Reporters sans frontières. Une journée internationale (ou journée mondiale) est un jour de l’année dédié à un thème particulier à un niveau international ou mondial. Le calendrier […]
  • Burkina Faso: Les Organisations de la Société Civile (OSC) déplorent et dénoncent la récurrence des violations des Droits de l’Homme.
    DÉCLARATION COMMUNE DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE  LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE DEPLORENT ET DENONCENT LA RECURRENCE DES VIOLATIONS DES DROITS NUMERIQUES AU BURKINA FASO  Depuis quelques temps, nous constatons avec grande déception que le Burkina Faso s’est inscrit malheureusement dans la liste des pays qui font de la violation des droits numériques, un […]
  • 𝗝𝗨𝗦𝗤𝗨’𝗔𝗨 𝟚𝟝 𝕛𝕒𝕟𝕧𝕚𝕖𝕣 𝟚𝟘𝟚𝟚, devenez membre de l’ABB
    V𝗼𝘂𝘀 𝗲̂𝘁𝗲𝘀 𝗯𝗹𝗼𝗴𝘂𝗲𝘂𝗿 𝗼𝘂 𝗯𝗹𝗼𝗴𝘂𝗲𝘂𝘀𝗲 𝗼𝘂 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲́𝘀𝗶𝗿𝗲𝘇 𝗹𝗲 𝗱𝗲𝘃𝗲𝗻𝗶𝗿 ?𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗲̂𝘁𝗲𝘀 𝗕𝘂𝗿𝗸𝗶𝗻𝗮𝗯𝗲̀ ?𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗲𝘇 𝟭𝟴𝗮𝗻𝘀 𝗼𝘂 𝗽𝗹𝘂𝘀 ?𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲́𝘀𝗶𝗿𝗲𝘇 𝗿𝗲𝗷𝗼𝗶𝗻𝗱𝗿𝗲 𝗹𝗮 𝗰𝗼𝗺𝗺𝘂𝗻𝗮𝘂𝘁𝗲́ 𝗱𝗲𝘀 𝗕𝗹𝗼𝗴𝘂𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗕𝘂𝗿𝗸𝗶𝗻𝗮𝗯𝗲̀ ? 𝗝𝗨𝗦𝗤𝗨’𝗔𝗨 𝟚𝟝 𝕛𝕒𝕟𝕧𝕚𝕖𝕣 𝟚𝟘𝟚𝟚 , r𝗲𝗺𝗽𝗹𝗶𝘀𝘀𝗲𝘇 ce 𝗳𝗼𝗿𝗺𝘂𝗹𝗮𝗶𝗿𝗲 👉🏿 https://bit.ly/34KeDTn𝗡𝗼𝘂𝘀 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗮𝗰𝘁𝗲𝗿𝗼𝗻𝘀 𝐐𝐮𝐢 𝐩𝐞𝐮𝐭 𝐚𝐝𝐡𝐞́𝐫𝐞𝐫 ?L’Association des Blogueurs du Burkina est ouverte à toute personne vivant au Burkina […]
  • Troisième cadre d’échanges « 𝐎𝐧 𝐬𝐞 𝐩𝐚𝐫𝐥𝐞 » : 𝗘𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲𝘀 𝗰𝗿𝗼𝗶𝘀𝗲́𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗷𝗲𝘂𝗻𝗲𝘀 𝗳𝗶𝗹𝗹𝗲𝘀 𝗲𝗻𝗴𝗮𝗴𝗲́𝗲𝘀 𝗲𝗻 𝗽𝗼𝗹𝗶𝘁𝗶𝗾𝘂𝗲.
    Le 3ème numéro du cadre de dialogue « 𝐎𝐧 𝐒𝐞 𝐏𝐚𝐫𝐥𝐞 » ce Vendredi 𝟭𝟬 𝗱𝗲́𝗰𝗲𝗺𝗯𝗿𝗲 𝟮𝟬𝟮𝟭 𝗱𝗲 𝟭𝟲𝗵𝟬𝟬 𝗮̀ 𝟭𝟴𝗵𝟬𝟬, dans le cadre du projet « Promotion de l’engagement politique des jeunes filles par les TICs » « 𝐎𝐧 𝐒𝐞 𝐏𝐚𝐫𝐥𝐞 » est un débat interactif entre des jeunes filles leaders et une figure politique féminine […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here